Quel prix doit-on payer quand son véhicule se fait enlever par la fourrière ?
Ftpix.fr » Vie pratique » Quel prix doit-on payer quand son véhicule se fait enlever par la fourrière ?

Quel prix doit-on payer quand son véhicule se fait enlever par la fourrière ?

Les tarifs liés à l’enlèvement et à la mise en fourrière des véhicules ont connu une révision depuis le 13 août 2020. Il convient alors de les présenter et de passer en revue les conditions de récupération d’une voiture saisie.

Quels sont les tarifs de la fourrière en vigueur ?

En tant que propriétaire d’un véhicule mis en fourrière, vous devez verser les frais de récupération entre les mains du gardien de la fourrière. Dès l’instant où les frais sont réglés, la voiture est restituée à son propriétaire. En France, les barèmes des prix de fourrière appliqués sur l’ensemble du territoire sont identiques. Toutefois, en raison des difficultés observées en matière de circulation et de stationnement dans les grandes villes, celles-ci mettent en place leurs propres tarifs. C’est particulièrement le cas de Paris, Lyon, Marseille et Toulouse. Les coûts en vigueur pour un véhicule particulier se présentent comme suit :

  • pose de sabot ou immobilisation = 7,60 euros
  • déplacement du véhicule ou opérations préalables pour la mise en fourrière = 15,20 euros
  • enlèvement de la voiture = 121,27 euros
  • garde du véhicule = 6,42 euros/journée
  • expertise de la mise en fourrière = 61 euros.

Les tarifs ci-dessus ne s’appliquent pas dans les grandes villes.

Comment récupérer son véhicule mis en fourrière ?

Pour rentrer à nouveau en possession de sa voiture, il faut se rendre directement auprès des services de la fourrière. Le propriétaire dispose de 3 jours pour récupérer son auto après son enlèvement, et ce, quel que soit son état. Pour ce faire, il doit au préalable s’acquitter des frais qui s’imposent et fournir également les documents demandés. S’agissant des pièces à fournir, le propriétaire doit fournir le permis de conduire et l’attestation d’assurance du véhicule. Il peut s’il le souhaite confier le déplacement de son véhicule à un professionnel du remorquage. Dans ce cas, la police doit être informée de l’identité de ce professionnel. Par ailleurs, au-delà des 3 jours fixés pour la récupération, les conditions relatives à cette opération changent. Elles impliquent désormais l’état de la voiture, les réparations éventuelles ou encore la nécessité d’un contrôle technique.

Comment éviter de payer les frais de fourrière ?

Le propriétaire du véhicule en fourrière peut élever une contestation s’il estime que l’opération d’enlèvement est abusive. Dans ce cas, il doit s’adresser au procureur de la République du lieu de l’enlèvement et disposer également d’éléments concrets pour consolider sa contestation. Il s’agit de témoignages, de photographies et bien d’autres. En dehors de cette contestation relevant du fond, le propriétaire peut s’attaquer aux vices de forme ou de procédure constatés. C’est le cas par exemple lorsque des mentions légales obligatoires ne figurent pas sur le PV de mise en fourrière.

Par ailleurs, le propriétaire peut récupérer sa voiture s’il est présent au moment où la remorqueuse de la fourrière est sur les lieux. Il faut surtout que le véhicule ne soit pas encore enlevé. Dans ce cas l’amende à payer ne sera assortie d’aucun frais supplémentaire. Dans la situation où 2 roues au moins du véhicule ont été soulevées par la remorqueuse, l’usager peut immédiatement régler les frais s’appliquant à cette opération. En cas d’insuffisance de ressources, il peut s’engager par écrit à le faire.